Binôme maths/musique, retour sur un premier succès…

Changement de décor pour la séance de mathématiques de ce 25 janvier 2018.
Un piano, un vidéo-projecteur à partir duquel le logo rouge et blanc de l’Académie des Arts accueille les élèves. Le cadre volontairement travaillé impose le respect. Les élèves le sentent et naturellement « se calment ». La séance est un enseignement, à son terme ils seront tous évalués. Ils ont deux challenges, l’apprentissage et le comportement.
Et c’est parti ! Brandon apparaît à l’écran pour 3 minutes de RAP à écouter très fort.
Les paroles aujourd’hui importent peu, c’est le thème musical qui va être décortiqué.
La gamme, les notes, les figures de notes. À chaque note correspond un nombre entier ou rationnel, unité de temps. La ronde = quatre, la blanche = deux, la noire = un, la croche = 1/2, la double croche = ¼ la triple croche =1/8. La méthode révèle aux élèves, le rapport intime entre la partition et les fractions.
Au piano, Charles décompose les notes, 4, 2, ½, ¼ …, comme une écriture quantifie le temps et avec les signes, compose une mélodie. La présentation de l’arbre des figures de notes expose les fractions en détail. Sans réellement s’en apercevoir, un premier objectif vient d’être atteint : reconnaître un nombre rationnel.
Puis vient le temps du calcul : 1+1/2 + 1/8, en coupant de manière identique chaque mesure de la partition. Chacun s’y met, réfléchit, demande de l’aide, se concentre et apprend à surmonter les difficultés, avec l’attention constante de Jamel. Les 3 autres objectifs viennent d’être atteints : additionner des nombres sous forme de fractions, simplifier une écriture fractionnelle et donner la forme irréductible.
Le challenge comportement quant à lui est réussi !
La séance du jour révèle qu’enseigner autrement, dans un souhait d’excellence, a de nombreux bénéfices. L’apprentissage peut se faire grâce à une préparation minutieuse qui ne laisse pas de place à l’improvisation. Les élèves perçoivent cette marque de respect et adhèrent plus facilement à l’enseignement.
Une grande énergie se déploie ainsi au service de la cohésion du groupe encore en train de se faire.